En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies

Une initiative de Google et Test-Achats

fr

1 utilisateur sur 2 clique sur les liens contenus dans les e-mails

Selon une étude de l’université allemande FAU, quand un e-mail contient un lien, la moitié des utilisateurs clique dessus, même s’il provient d’un inconnu. Ce n’est pas très futé : le lien peut être l’œuvre de cybercriminels. En incitant les utilisateurs à cliquer dessus, ces fraudeurs tentent de détourner des informations confidentielles ou d’installer sur le pc un logiciel malveillant. Posez-vous les questions ci-dessous. Elles devraient fonctionner comme des clignotants…

Qui est l’expéditeur ?
L’e-mail a tout l’air de provenir de votre banque ou d’une autre source fiable. Mais les apparences sont parfois trompeuses : vérifiez toujours l’adresse e-mail. La partie qui suit @ doit être le nom de domaine ou en être séparée par un point. Le nom de domaine est toujours suivi de .be, .com, .eu, .net, .org, … En cas de doute, téléphonez à l’expéditeur ou envoyez-lui un e-mail à l’adresse habituelle.

Salutation impersonnelle ?
En principe, un expéditeur qui vous connaît s’adresse à vous par votre nom (de famille) ou, ou moins, connaît votre sexe. Il ne devrait donc pas utiliser une salutation du style ‘Cher Monsieur, chère Madame’.

Demande d’infos personnelles ?
On vous demande d’envoyer des données personnelles (carte de crédit ou autres données bancaires) ou de les introduire dans un formulaire sur le Web ? A éviter comme la peste. Les expéditeurs fiables (votre banque ou les organismes publics) ne sollicitent jamais d’informations confidentielles par e-mail. 

Ton autoritaire ?
Vous recevez un e-mail que vous n’attendiez pas ou qui utilise un ton catégorique ? Les messages disant que votre compte a été piraté ou qu’une facture n’a pas été payée sont souvent suspects.

Fautes de langue ?
Les e-mails malveillants contiennent souvent des fautes de grammaire et d’orthographe. Autre signal d’alerte : les messages qui ne sont pas rédigés dans votre langue maternelle.

Où mène le lien ?
Ne cliquez pas sur le lien contenu dans l’e-mail mais passez dessus avec votre souris. Vous verrez apparaître la destination du lien dans le coin inférieur gauche de l’écran ou au-dessus du curseur. Si ce lien ne mène pas vers un site Web officiel ou qu’il s’agit d’un lien raccourci, le risque est grand qu’il soit frauduleux. 

Pièce jointe ? Méfiance ! 
Une annexe risque toujours de renfermer un programme malveillant. Vous ouvrez la pièce jointe et un malware s’installe sur votre ordinateur. N’ouvrez donc jamais les annexes provenant d’un expéditeur en qui vous n’avez pas confiance. Vérifiez le format de fichier plutôt deux fois qu’une. Les fichiers .zip-, .exe-, .pdf- et .js (javascript) sont surtout à prendre avec des pincettes.